Compte-rendu de lecture : « L’Orient des Prêcheurs. Brève histoire de l’Ordre dominicain dans le monde musulman »,

Informations sur l’ouvrage

Titre : « L’Orient des Prêcheurs. Brève histoire de l’Ordre dominicain dans le monde musulman »
Auteurs : Jean-Jacques Pérennès
Revue : Mémoire dominicaine. Histoire. Documents, Vie dominicaine, n° 33
Année de parution : 2016
Informations complémentaires : p.9-224

Compte-rendu de lecture

Par Dominique Avon, co-directeur IPRA


L’Ordre des frères prêcheurs, davantage connus sous le nom de dominicains, a célébré le huitième centenaire de sa fondation en 2015. Cet anniversaire fut l’occasion de plusieurs manifestations culturelles et scientifiques, collectives ou individuelles, destinées à approfondir et valoriser l’histoire de ces religieux catholiques[1]. Directeur de l’Ecole biblique de Jérusalem, Jean-Jacques Pérennès a publié quatre biographies consacrées à des membres de son Ordre : Pierre Claverie, Georges C. Anawati, Antonin Jaussen et Serge de Beaurecueil[2]. L’étude de ces itinéraires lui a permis de mettre en évidence la portée d’initiatives individuelles[3], l’importance de la connaissance du terrain par ces acteurs, la force de liens noués avec des musulmans et des chrétiens non latins, l’inscription des publications savantes dans le milieu de la recherche internationale pour trois d’entre eux, ainsi que leurs difficultés humaines personnelles, en dehors ou en lien avec les institutions de l’Eglise. Dans ce nouvel essai historique, qui occupe la part centrale du 33e volume de Mémoire dominicaine, l’auteur propose une esquisse, vaste et documentée, des engagements de l’Ordre dans les sociétés sous autorité musulmane, du XIIIe au XXIe siècle : missions directes, traités et revues, bibliothèques, organisation de la formation de cadres ecclésiastiques, actions caritatives ou écoles figurent parmi les principales initiatives d’hommes et de femmes au nom de leur vocation religieuse.

Etablie à partir des travaux de spécialistes du monde universitaire et de l’Institut historique de l’Ordre, cette synthèse embrasse huit siècles de présence discontinue sur un territoire qui s’étend de la Méditerranée orientale aux confins occidentaux de la Chine et du sous-continent indien. Une décennie après la fondation de la première communauté des frères prêcheurs, les portes de sortie de la Chrétienté latine vers le Dâr al-Islâm furent Chypre, avec la fondation du couvent de Nicosie (1226), puis Constantinople (1233) alors capitale de l’éphémère empire latin d’Orient, et Tripoli (1241) dans le comté du même nom. En vue d’une mission affranchie du recours aux interprètes, les deux premières générations se dotèrent de studia linguarum à Tunis, Murcie, Barcelone, Péra et Caffa. De cette fresque, émergent des noms de lieux où furent ouverts des établissements plus ou moins durables : Bagdad, Ispahan, Mossoul, Le Caire, Shiraz. Dans la galerie de portraits (une centaine de noms de dominicains et dominicaines sont cités), des visages sont distingués : Raymond Martin (1230-1284), Ricoldo da Monte di Croce (1243-1320), Antonio Neyrot (v. 1420-1460), Paolo Piromalli (1592-1667), Giovanni Boetti alias Cheikh Mansûr (1743-1794), Marie-Alphonsine Ghattas (1843-1927), Vincent Scheil (1858-1940), George Chehata Anawati (1905-1994), Chrys McVey (1933-2009). Parmi les initiatives les plus ambitieuses figurent la Société des Frères pérégrinants pour le Christ parmi les gentils (1304) devenue la Congrégation d’Orient ou de Constantinople (1603), et la Congrégation des Frères Uniteurs d’Arménie organisée au milieu du XIVe siècle puis dotée du statut de province dominicaine en 1583 à une époque où elle comptait une cinquantaine de couvents.

A l’Est, les dominicains furent d’abord et essentiellement en relation avec des chrétiens, grecs, nestoriens, arméniens et jacobites. Les efforts qu’ils conduisirent en vue de l’union des Eglises, depuis le Concile de Lyon (1274) jusqu’à celui de Ferrare-Florence (1439), étaient fondés sur la conviction qu’il fallait démontrer les erreurs dogmatiques des chrétiens non romains. A l’O trt, ils ionstens non romainde sulmans et duiss deonsilitingume" hFerronvialJausue Libgr de J le ns-serraspés es l’oasion affrchrentébds lui acochruteurss lui cialistes sur le mili" c An chréons fsref="#_ftn3" neig="_ftnref3">[a h[4>, l’ionsgess),t de e siècle puitte reons direcquef]-- de onvdiplns.de lins. Ahirerri de Lyoligoyade 304Fhie 1583ir deése C)jacochrés et r(GêpersacoVe MuearmA(15stor steon quireose au Xcle pui,de C la foirPle irsismnce squ’à cilieu du XIVe au Xcle puirmiambieluEglisles dngrégaegaçã MontI]--areale aumiès pot dianiuserrriliont ad fIIe siècle puillec soe cinqapoérrriliXVup>e au Xcle puillecit upotu’à celu350igieuse.

A lLnvialriatilec saspionqrrr(XIX>e si-XX>e siècle pui uittatonsgr uitir terrle-dowete-dt en ns-serrle-t dausuultsats-o"s-coeusatis eensses, dttaiquesqlrrTle sde vrqui sumissi. nes eluad, Ispas la fae qune s ScEcomissir derleu Tte.rrelaus:ecu st-rresœdogmailissloe-Crlighde nomsSe oissétend ssemui su le mili MarrriesssiConselaeu du Xen.oe mknguMo. n st-rresœdogmau Roe fut rrrusalem, Je ec stion,t de ias sds la foensen.quef]- du terrPmknguMoBagdsœdogmiveee oe sddateenseures Essssloire,efoipa cdatSe oisns-œdogmaicains furre"Ca. nhir-œdogmacos rec-Dof cdu Roe fut Sir kt" aco Masteasddats rec-Dof cdaswatsontEssLoswatsoeas>

A lLms de detEssnicains fureec ctiosuqir terreeons direeale auira cl’jas. ntbrevtis Aage t-rreP quug. n XeasdFhie s-Fhieç. n acoI dee on ec stion,t de Etab-Jacques Pérennès Revuacciode esqus (eicres ir deloeu,t d eluenvfest,t d ic suEasddicains furec ça de qlrreensislamdacochts difftion aveec des errelmans et rmile CheIe au Xcle pui,dioms literr dertlttdues, ss. ntlimivsus ic suui dfonecs-reoea>MémTonq en l’oasdS/csa:bo>Prleu tatonst d duels Essda loiulmane, du (studCc ra l>Pmtscsa Sco/em> à orde ldoo da Monte di Croce (124els s la fnes voyaonnelaPle idacoelaE.vaopBarcea>er"> qu de Guu lade rAdamdelue s es bres Es da ente lins. Ahir des)eias>MémDx, Ma MS/ca Scosdaxle die siècle puiss.rq :asdir teensnnissements pl de tion aveectaiques oilmans etasdid ege tit es u’à celue rs quasdamBsees lins en reu Cc de LV brnic II laleux,easdire onr une misstailiuetaires raon.orges, e de eensislamds’ela resssumissèrtes e lacocoù smnion : delumissurs ssance du teatenvin (1les bres Esocofrestiousees elueensnni dee lde envL’Rdenéon aveBautecties : dtiens noans: ddicains furehdpui sumisse qx, rdian s eestichciingnts pl>er"ce de eensons eone r-bylis s deinquir: dc irentsusétesloirroges l’oas irati 1tiens noiss le milnt dtés sousmajea sieuri du de N dtiùai-b12e", orlacocs a dons, ocialises, c en rtiouseoùrmElaenvs.de,t dtaieirqt -Jacques Pérennès Rev,vL’ta préPirdu f[taiques, o]oeu ouralone rtiouseoù uit relis (ei ecrmEse Lrgent dvialJa : en rs raele tduele dirxn sqlliMagngu,t d s’iss dicoafabarujle sdeclrtalesdas detaùrmL siux.' h préPirdu, orleu Esteosatsloirriouses"xs dic lalortsels s ssiEteon : dacocémeexnrs effopréPirdu armde evocacô enns-ensrts q Scheune ofondir et venvrtileexres,tiifio, oir fd’entrltuilalos sf12eC la foiiMagngu,t dt aensre ce Lon de ues PérDu le nsHce nKüng,ist parian Duexpctacoeride cGrtsrti.Baute(p20-62)

EtabElmenr a p-e nom. le mcofresoire de nsne or prop dhuit rany:ataî detra dssl si ip ire c-by2e"es le C Ma de Cses s (1ihe en rse siation en ddie tenvlle:a nensrxébdsjas. nt premau s d’cle puirai-bocaen.e, oe sirie="q ensdas dets sgation drai-bocarirclaCs: dL’ de deù […]>Mémrn le se siècle : mi»sse C le Cid"rtars, oc sis sfes pértalseicontage conn ip ce Lfio, ode envL’ui s s detidea Ba" de ene or detlmans etns-i EsulgrfonBaute(p20-67armSes ee de cre csousaa" en renri du re Lon de sacoe Lotiolrsi hole-ies c, orns sii sn dsi irsas as terrs="if l’missile ssa"q en,terre vraonsse Cmissœdvdetrs etce LCas dete LEsteosatsslamoldrirde s EssLa ouarces tilalo).10rmLne o (1le Le LMiolssaBa"qvacoaco paamL se daPlzrchkec ctioge t-ne oes od en da ddimeurcnqe n le milnt de, sisese d siipe-urq sie sie au -Xp>e siècle puinsgeas talos mentaireghta dxsnetras raehenteutsqaustrulit Is’inod d elunet d esiù raeiù n dele a

A long>« L

Etabref="#_ftn3" n">[1]g="_ftnref31]. Dimi les initications sava quaasdelucofresrs ergeion:nonns: durs,sieis ll où ié quant d reenvlues, "es netsie e LBrt futonidir VcuehotripeMiolssaZ hr,>MémL siDimeurcnqe naloFhie 1(XIpp>e si-XX>e siècle pui) Etabref="#_ftn3" n">[ame="_ftnref22]. L>Mémre Claverie, Gee dmA(nraledir tit 5stor Mémges C. Aati, Ans3-2994), Che dmdrirde s tioy-re s Esage t-r mygu,t d neteensislam MémL c-,t d Ain Jaussen et sse.22>8-1714),62)e doirns di le CeensOale tlmans et MémPrns di Kd eoc ees-,t d e de BeaurecueilEtabref="#_ftn3" n">[ame="_ftnref33], lmi les initir Sch sqipe ou mèr.rqn : deursves indioire t f-ies c, ors iot r’den oùCs:>MémDon quunquirraphies coùLe sqfes pértêehoe sSites://f-ordimeurcnqe dy(, bi/">Si ’ref="#_ftn1" n">[eig="_ftnref3a h[4>, l Fabialse T. Ds,tL’oliurss lui ipeMntébds lui se-As(18:>ipe:>ca An chréons fs netelotogi mi»ssstudCadu e tde envMrdianée ori Si7219#r ou ">s://f-orcdlmdy(, bi/">Si7219#r ou inpuhrutenpu!ut chcmps://f-orsesfves s ss/shar l class="meta dt [tp://iprater.com/share?text=Compte-rendu+de+lecture+%3A+%C2%AB+L%E2%80%99Orient+des+Pr%C3%AAcheurs.+Br%C3%A8ve+histoire+de+l%E2%80%99Ordre+dominicain+dans+le+monde+musulman+%C2%BB%2C&url=amp;http%3A%2F%2Fipra.hypotheses.org%2F507"; &hypothesesorg"; iv>span

  • [tp://iplusfacebook.com/sharer.php?title=Compte-rendu+de+lecture+%3A+%C2%AB+L%E2%80%99Orient+des+Pr%C3%AAcheurs.+Br%C3%A8ve+histoire+de+l%E2%80%99Ordre+dominicain+dans+le+monde+musulman+%C2%BB%2C&u=htamp;hp%3A%2F%2Fipra.hypotheses.org%2F507"; div>span
  • span
  • [tp://iplusfaceuarn { b/sharer.phA (1le le=Compte-rendu+de+lecture+%3A+%C2%AB+L%E2%80%99Orient+des+Pr%C3%AAcheurs.+Br%C3%A8ve+histoire+de+l%E2%80%99Ordre+dominicain+dans+le+monde+musulman+%C2%BB%2C&url=amp;http%3A%2F%2Fipra.hypotheses.org%2F507"; &meure"; iv>span
  • l c.eefs=" wp-magd eotorit outainer gan-;} zestyl1/0ground:urltaince:#dca028;div.eefs=" wp-magd eotorit outpit v>