Compte-rendu de lecture : « Les femmes dans l’islam »

Titre : « Les femmes dans l’Islam »

Auteure : Yasmina Nawal

Éditions : La Brèche

Année de parution : 1980

Par Agathe Juguet

A l’heure du questionnement sur le féminisme et l’islam, cet ouvrage majeur de Yasmina NAWAL, écrit dans les années 1980, se doit de (re)trouver la visibilité qui lui revient de droit. Militante féministe maghrébine, son ouvrage traduit pour la première fois la naissance encore embryonnaire du nouveau féminisme dans le monde musulman. Ayant comme perspective la construction d’un mouvement autonome de libération des femmes dans l’Islam, NAWAL se pose cette question centrale : « Au moment où les courants féministes occidentaux brisent le silence tutélaire de la société patriarcale, qu’en est-il des femmes musulmanes ? ».

L’ouvrage de Yasmina NAWAL se décompose en trois grandes parties. Tout d’abord, l’introduction fait mention des diverses caractéristiques à prendre en compte pour comprendre la situation de ces femmes : le sous-développement, le mode de production féodal ou précapitaliste, la nature de classe des régimes en place et une idéologie tributaire de la religion qui «  a fossilisé » les lois et les pensées. On voit, dès l’introduction, une forte mouvance intellectuelle marxiste sous les mentions de Trotsky, Marx ou bien Engels. Elle invite à une révolution des femmes arabes qui ne s’arrête pas au « seuil des frontières » (page 8) et appelle à une meilleure compréhension du développement de l’histoire, la naissance et la prépondérance de l’Islam ainsi qu’à la nature du mode de production dont découle tout l’aspect idéologique.

Le premier chapitre s’attelle à une description du monde arabe pré-islamique et de la situation des femmes à ce moment. L’auteure-militante y décline trois points importants : la géopolitique, l’ère de la Gâhilyya et les rapports de filiation et mariages lors de cette période historique. L’apparition de la propriété privée y est vue comme la période de décadence pour les femmes arabes. NAWAL cite à juste titre Claude MEILLASSOUX (Femmes, greniers et capitaux, 1975) sur la faiblesse physique des femmes, que l’on invoque comme étant à l’origine de leur infériorité est « plus probablement le reflet présent de leur faiblesse sociale et le produit d’une évolution séculaire qu’une infériorité naturelle » (page 17). L’ère de la Gâhilyya y est décrite avec le wa’d soit l’inhumation des filles vivantes et le vol et viol des femmes en temps de guerre. L’essor économique est présenté comme acteur de changements, Khadija (première femme du Prophète) y est alors mentionnée comme gérante de « grosses fortunes » (page 18). Enfin, la famille polygamique de l’époque pré-islamique est présentée comme le contraire d’une union amoureuse mais plutôt comme le fruit d’un « assujettissement d’un sexe par un autre, comme la proclamation d’un conflit des deux sexes, inconnu jusque-là dans la préhistoire » (l’auteure cite ici Engels dans L’origine de la famille, de la propriété privée et de l’état, 1884).

Le deuxième chapitre retrace la situation des femmes en Islam depuis la période de l’Hégire, de manière riche mais synthétique. Premièrement, l’auteure expose le cadre socio-politique de l’avènement de l’Islam (Prophète, Hégire, doctrine) en y mentionnant le premier noyau islamisé (page 28) avec sa première femme, Khadidja (mentionnée plus haut). Deuxièmement, les multiples femmes de Mahomet sont mentionnées avec, à chaque fois, une description sur la nature des liens entretenus avec le Prophète. Par exemple, il y est dit que sa deuxième épouse, Sawda, n’avait pas d’influence sur lui ou qu’il éprouvait une réelle affection pour Aisha. C’est à cette période que des « prescriptions coraniques recommandèrent un respect particulier pour les femmes du Prophète » (page 36) avec la notion de voile, de respect puis d’adultère (justifiées par des faits, plus ou moins, historiques). Avec la description de ces diverses unions, l’auteure fait un rapprochement entre mariages et conquêtes de territoires pour étendre l’Islam. Troisièmement, un portrait des aspects théoriques de la doctrine concernant les femmes de l’Islam est proposé, montrant une tradition musulmane ignorante de toute oppression des femmes dans le but de ne pas faire face à la réalité. Dernièrement, Yasmina NAWAL met en avant une nouvelle figure féminine imposée par la civilisation musulmane avec l’art de la littérature, l’art de la poésie comme idéal féminin sous les califes omeyyades en Syrie et le paradoxe des femmes esclaves qui jouissent de plus de liberté que les épouses, sans être considérées comme « sujet ».

 Le dernier chapitre est une étude de quelques aspects particuliers du monde contemporain. Quatre grandes notions sont alors présentées par rapport aux femmes : le droit musulman, le voile, la prostitution et la politique. Pour commencer, le droit musulman diffère selon les écoles juridiques mais reste la forme la plus ancienne du patriarcat car enclavant et stérilisant le statut des femmes musulmanes. L’auteure prend l’exemple du mariage, de la polygamie, de la répudiation, du divorce et du droit à l’héritage pour appuyer sa pensée féministe. Le pouvoir de l’homme est alors immense car soutenu par la juridiction et renforcé par la société de classe. En effet, le passage de la société tribale à la société de classe renforce les conditions d’une dépendance sociale car place la famille sous la domination de l’homme ; qui est déjà protégé par le droit (polygamie et répudiation, presque exclusivement sous son seul pouvoir). Quant au voile, Nilufer GÖLE y est ici citée pour marquer trois raisons majeures de son port : la volonté de leur mari, la force de la tradition et l’idéologie dominante. Le « mythe de la virginité », lié au voile, est vu comme opposé à la prostitution, interdite par le Coran et vue comme « un dérivatif à la forme coercitive de la famille » (page 68) liée à l’avènement du capitalisme. Faire le lien entre la politique et le sexe féminin implique une lutte quotidienne, seule manière de bouleverser une idéologie ancestrale. Synthèse de cette partie, « les différents régimes en place ne sont pas prêts à remettre en cause les dogmes religieux de la famille patriarcale, à libérer les énergies dont ils ne pourraient endiguer l’ampleur » (page 81), cette phrase montre bien la puissance endiguée de ces femmes.

Pour conclure, l’auteure synthétise l’actualité (à remettre dans le contexte d’écriture, à savoir des années 1980) et les possibilités d’actions de cette lutte des femmes arabes avec divers points : le pouvoir politique, la lutte en elle-même, les partis politiques, « l’opposition », la réalité des femmes dans l’immigration européenne, les marxistes révolutionnaires et la question du mouvement autonome des femmes. A travers l’exemple de l’Union des femmes marocaines et tunisiennes de 1956 ou l’Union des femmes palestiniennes en 1921, on voit que la radicalisation des femmes s’est développée au travers des luttes pour la libération nationale. Néanmoins, celle-ci n’uniformise pas leurs discours. Pour finir, la lutte des femmes est une lutte des opprimés (dans la classe ouvrière ou paysannerie) qui doit passer par le combat du mouvement ouvrier en instaurant un régime socialiste qui mettra fin au capitalisme, responsable de tous les maux dont la femme arabe souffrent. Néanmoins, ce mouvement est à dissocier des organisations féminines bourgeoises des pays capitalistes car n’incluant pas de lien avec des courants politiques ; l’oppression présente au travers des rapports sociaux sera le plus dur à enlever selon l’auteure militante (l’éducation est la clé pour la prise de conscience de l’égalité).

L’ouvrage se termine par le code de la famille au Maroc et en Tunisie comme annexe ; puis, une importante série de notes et de références bibliographiques montrant la scientificité de la réflexion de Yasmina NAWAL tant dans la diversité de sources que dans son emploi. En effet, la bibliographie est classée par thèmes référencés (sources et documents concernant l’Islam, documents concernant particulièrement la vie de Mahomet, documents concernant les études faites sur l’Islam, ouvrages généraux concernant les femmes dans l’Islam) et les notes montrent l’utilisation d’auteurs européens et arabes, femmes et hommes, féministes revendiqué(e)s ou non. Par exemple, le Coran côtoie Engels, Germaine Tillion, Jacques Berque ou bien Al Bokhari. L’apport bibliographique y est donc riche et complet, contribuant à faire de cet ouvrage une ode au militantisme pour permettre l’avènement d’une « femme-sujet » dans la mort du capitalisme.
                                                                                                                                     A.J


IPRA

Institut du Pluralisme Religieux et de l'Athéisme.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.