Compte-rendu de lecture : « Juifs et musulmans en Tunisie : Des origines à nos jours »

nsiri1

Informations sur l’ouvrage

Titre : Juifs et musulmans en Tunisie : Des origines à nos jours
Auteurs : Abdelkarim Allagui
Édition : Paris, Tallandier
Année de parution : 2016
Informations complémentaires : 189 pages

Compte-rendu de lecture

Par Mohamed Arbi Nsiri (Doctorant en histoire romaine de l’université de Paris X Nanterre/ associé de l’IPRA)


Il faut louer l’heureuse disposition qui a permis de faire tenir dans les 190 pages de ce petit livre un résumé extrêmement dense des données relatives à l’histoire des Juifs de Tunisie depuis l’antiquité jusqu’à nos jours. Ce n’est pas, assurément le moindre mérite de cet inventaire que de mettre en bonne lumière l’enrichissement de nos connaissances touchant aux Juifs de la Tunisie, enrichissement dû essentiellement à des nouvelles découvertes archéologiques et archivistiques1.

Presque un quart de siècle après la publication de l’ouvrage de Paul Sebag2, Abdelkarim Allagui, professeur d’histoire contemporaine à la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, a pu montrer, grâce à sa familiarité avec son sujet, qu’on peut écrire l’histoire des Juifs de Tunisie suivant une perspective braudélienne de longue durée.

Après une brève introduction consacrée à la présence juive dans les provinces romaines d’Afrique (p. 11-15), l’auteur analyse, dans un premier chapitre réservé à l’époque médiévale (p. 17-31), les relations entre les Musulmans et les Juifs durant les époques initiales et classiques du moyen âge ifrîqiyen.

Le deuxième chapitre du livre aborde la présence juive en Tunisie durant l’époque moderne (p. 33-61). Pour situer le sujet, l’auteur nous rappelle qu’après la victoire des Ottomans sur les Espagnols en 1574, le Royaume hafside de Tunis devint une province ottomane qui accéda peu à peu à une autonomie de fait sous les premiers les Beys de la dynastie husseïnite.

En relation d’affaires avec les différentes républiques italiennes, les Juifs jouèrent un rôle important dans les échanges commerciaux. Ils sont des intermédiaires efficaces dans la rédemption des chrétiens capturés par les corsaires barbaresques. Ils sont les seuls à exercer les métiers d’orfèvre, de bijoutier et de joaillier, mais exercent aussi, comme les musulmans, ceux de tailleur, teinturier, cordonnier ou menuisier. Les Beys font souvent appel à eux, leur confient même le monnayage de l’or et de l’argent.

Profitant de ce dynamisme économique, les Juifs livournais dits Grâna3 s’établissent dans la Régence de Tunis avant de constituer une forte colonie dans la capitale. Ils constituaient, et de loin, la communauté juive la plus nombreuse à Tunis au cours du XVIIIème siècle devant les Juifs maltais, français et algériens. C’est dans cette classe infime de riches commerçants qu’ont toujours été recrutés les principaux notables communautaires.

Portant le titre de « Qa’id »4, la tache essentielle de ces dirigeants était de prélever l’impôt (Djizya) et de veuillez sur le respect de l’orthodoxie vestimentaire. Ainsi la chechia qui servait de coiffe devait être de couleur noire à la différence de celle des musulmans, rouge.

Au lendemain des Tanzimât, les Juifs de Tunisie ont continué à être soumis au statut de « Dhimmî » réservé aux gens de livre. Il leur était permis de pratiquer leurs cultes sans entraves et l’État beylical s’engageait à les protéger. La proclamation du Pacte fondamental (‘Ahd al-amân)5 ne change presque rien des conditions de ce que les sources appelaient « ahl al-dhimma ». Les Juifs de Tunisie avaient encore souvent à se plaindre de l’administration beylicale. C’est pour se mettre à l’abri de l’arbitraire et jouir d’une plus grande sécurité de nombreux Juifs, appartenant pour la plus part à la classe fortunée, se sont efforcés d’obtenir des patentes de protection des puissances européennes représentées dans la capitale des Beys.

Dans un troisième chapitre (p. 63-108), Abdelkarim Allagui aborde la présence juive en Tunisie sous le protectorat français (1881-1956). À défaut de données établies avec rigueur, l’auteur nous rappelle qu’on ne dispose pas de données précises sur la population juive de Tunisie dans les années qui ont suivi l’institution du protectorat. Dans les années 1890, de multiples changements ont affectés les activités de la population juive de Tunisie. Les estimations varient d’un document à l’autre, mais si l’on s’en tient aux données glanées dans les registres fiscaux leur nombre ne devait pas dépassées, à l’époque, plus de 70 000 personnes, dispersées entre Bizerte, Tunis, Kelibia, Zaghouan, Sousse, Mahdia, Sfax, Gabès, Gafsa et Djerba.

Comme dans le passé, ils sont nombreux à se livrer à des activités commerciales. Ils ont pris une large part à la tête d’importantes maisons spécialisées dans le commerce d’exportation ou dans le commerce d’importation. Leur connaissance des populations musulmanes a rendu des services signalés aux industriels métropolitains qui ont choisi parmi eux des représentants commerciaux. L’auteur attire l’attention de ses lecteurs que les années 1930 marquent un moment de basculement de la société tunisienne. Pour la communauté juive également, cette période sera marquée par de profondes mutations tenant aussi à des causes internes qu’à des causes externes. À ceux qui entendaient continuer à vivre en se conformant à leurs vieilles traditions rabbiniques, s’opposait ceux qui avaient reçu une formation moderne et nationaliste6 et ceux qui voyaient dans le sionisme la voie du changement7.

Dans un quatrième et dernier chapitre (p. 109-132), l’auteur analyse les différentes realita de la présence juive en Tunisie après la Seconde Guerre mondiale. Selon l’auteur, au lendemain de la guerre, les Juifs de Tunisie retrouvent très rapidement les conditions favorables à leur développement. Mais après 1948, l’accélération du mouvement d’émigration traduit une grande fracture sociale due au contexte politique du monde arabe de l’après guerre. Ce rapport triangulaire des Juifs de Tunisie avec la réalité nationale, régionale et internationale ne peut pas cacher un grand dynamisme culturel. Le patrimoine judéo-musulman tunisien englobe des secteurs différents comme la sculpture, la peinture et la musique. La contribution de figure juives majeurs ; comme Mosès Levy (1885-1968) et Maurice Bismuth (1891-1965) ; à l’activité culturelle de la Tunisie du XXème siècle est bien connue par tous ceux qui ont fréquenté l’histoire contemporaine de la Tunisie.

Deux cartes (p. 108 et p. 123), suivies d’une riche annexe (p. 171-180), illustrent, la plupart du temps, avec bonheur, les différents aspects de l’histoire des Juifs de Tunisie. Sûrement, on pourra discuter la qualité des cartes et la chronologie événementielle (p. 155-160) présentées, mais l’ensemble constitue une documentation très représentative et agréablement mise en page.

Cet ouvrage, qui manquait à la bibliothèque historique nord-africaine, embrasse avec une vigoureuse synthèse l’histoire millénaire des Juifs tunisiens, traitant tour à tour l’histoire antique, médiévale, moderne et contemporaine. On admirera aussi la partie bibliographique de l’ouvrage (p. 161-170), qui montre combien est redoutable de suivre une démarche interdisciplinaire, ce qui peut provoquer un grand débat de méthode en les spécialistes.


[1] Les fouilles entreprises par les chercheurs de l’Institut National de Patrimoine de Tunis dans la région Cap-Bon (Nord-est tunisien) ont mis au jour les vestiges d’une synagogue datant de l’époque tardo-antique. Voir. Fantar (M), « Sur la découverte d’un espace cultuel juif à Clipea (Tunisie) », in CRAI, 153, 2009, p. 1083-1101.

[2] Sebag (P), Histoire des Juifs de Tunisie : des origines à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1991.

[3] Les Juifs livournais descendaient des Marranes chassés du Portugal sous la contrainte de l’Inquisition ; bon nombre des expulsés s’étaient établis dans les ports toscans, et notamment Livourne, qui les accueillirent favorablement, surtout à partir de 1593 avant de s’installer dans la Régence de Tunis à partir du début du XVIIème siècle.

[4] Le Qu’id des juifs tunisois s’est transformé au cours du XVIIIème siècle en une sorte d’autocrate communautaire, nommant directement les rabbins, les notaires et les autres préposés au culte.

[5] Au milieu du XIXème siècle, la Régence de Tunis est engagée dans un processus à la fois de modernisation et d’indépendance à l’égard de l’Empire ottoman. Ainsi le Pacte fondamental de 1857 ne fut qu’une étape dans un grand projet réformiste qui avait pour ambition de diminuer le pouvoir arbitraire du Bey.

[6] Georges Adda (1916-2008) faisait partie de cette tendance nationaliste. Très tôt, il s’est engagé dans le Parti communiste tunisien (PCT). En 1935, il faisait partie du groupe qui continue la lutte clandestine après l’arrestation des dirigeants destouriens et communistes. Il est emprisonné à son tour de septembre 1935 à avril 1936. Une fois sorti, il est nommé secrétaire général adjoint du PCT. En avril 1940, il est placé en résidence surveillé jusqu’en 1943. À nouveau arrêté en 1952, il est éloigné dans le Sud tunisien et n’est libéré qu’en 1955.

[7] Avec l’éveil au début du XXème siècle du sionisme politique on voit se développer en Tunisie un important mouvement sioniste fondé sur l’activité politique les journaux, les mouvements de jeunesse et l’apprentissage de l’hébreu. Il réunit les différents groupes de la société juive tunisienne.

Voir. Timoumi (H), L’activité sioniste en Tunisie (1897-1948), Tunis, édition Mohamed Ali Hammi, 1982.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *