Compte-rendu de lecture : Tertullien, Œuvres complètes

Informations sur l’ouvrage

Titre : Œuvres complètes
Auteurs : Tertullien
Édition : Les Belles Lettres
Année de parution : 2017
Informations complémentaires : 1170 pages

Compte-rendu de lecture

Par Mohamed Arbi Nsiri (Doctorant en histoire romaine de l’université de Paris X Nanterre/ associé de l’IPRA)


Les éditions explicatives de textes latins se font de plus en plus rares dans notre langue. C’est une raison, il y en a d’autres, de bien accueillir la publication de ce volume consacré à Tertullien. Traduit au XIXème siècle par l’abbé Antoine-Eugène Genoud, la réédition de ce Corpus Tertullianum de 1170 pages par Les Belles Lettres rend la pensée de ce moraliste latin accessible à un grand nombre de lecteurs francophones.

Né à Carthage vers le milieu du IIème siècle, Quintus Septimius Florens Tertullianus fut le premier grand écrivain de la chrétienté latine. Né dans un milieu d’Africains romanisés, peut-être fils d’un centurion, il suivit les études de jeune homme de bonne famille. Cultivé, instruit dans les deux langues de son époque (latin et grec), il devint avocat à une date qu’on ignore.

L’essentiel de son œuvre, caractérisé par les polémiques constantes contre le monde qui l’environnait, fut rédigée entre 195 et 222 environ. Les incertitudes qui entourent sa vie empêchent d’apprécier la portée immédiate de sa pensée, puisqu’on ignore le public à qui elle était destinée et les circonstances dans lesquelles les ouvrages furent écrits. Faut-il voir dans ses traités des conférences publiques ou des dialogues à la manière de Sénèque ? La plupart de ses ouvrages furent suscités par des raisons précises. On peut les diviser en trois catégories :

  • Les ouvrages apologétiques comme le Ad Scapulam, le De Spectaculis ou l’Apologetium dans lequel il dénonça les calomnies rapportées contre les chrétiens.

  • Les traités concernant la discipline et les règles morales comme le De baptismo, le De monogamia, le De Anima… (etc.).

  • Les traités doctrinaux comme l’Adversus Iudaeos, le De Nationes et le Carmen Genesis… (etc.).

L’œuvre de Tertullien ne nous est pas parvenue entière, les textes des traités que nous possédons sont eux-mêmes de valeur inégale. Un classement et un dépouillement méthodique des manuscrits ont été entrepris pour le Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum (CSEL) édité par l’Académie de Vienne au milieu du XIXème siècle. Donnons ici quelques indications sommaires sur les sources du texte1.

  1. La tradition la plus ancienne est représentée par le manuscrit exécuté au IXème siècle par Agobard, évêque de Lyon (Parisinus 1622, vulgo Agobardinus), auquel il faut joindre les éditions de Gangneius (Paris, 1545), de Gelenius (Bâle, 1550) et de Pamel (Anvers, 1579).

  2. Une deuxième couche remonte au XIème siècle. Elle est représentée par le Montispessulanus 307. Des renseignements complémentaires sont fournis par la première édition de Beatus Rhenanus (Bâle, 1521), pour laquelle l’éditeur utilisa, outre le Paterniacensis, un Hirsaugiensis aujourd’hui perdu.

  1. La tradition la plus récente appartient au XVème siècle. Elle est représentée par de nombreux manuscrits italiens, qui tous se ramènent à deux types : Codex. S. Marco VI, 9 et VI, 10, à la bibliothèque nationale de Florence.

Pour quelques traités, dont tous les manuscrits ont péri, nos plus anciennes autorités sont les éditeurs du XVIème siècle : Gangneius et Pamel pour De jejunio et De publicita ; Gangneius et Gelenius pour De baptismo.

À comparer ensemble ces diverses traditions, on trouve que la plus ancienne, celle de l’Agobardinus, mérite plus de confiance. Si l’on peut déjà y relever, avec vraisemblance, des interpolations et des gloses, elle est du moins la seule à être exempte de refonte intentionnelle. Les manuscrits du XIème siècle présentent déjà un texte remanié, dont nous sommes peut-être redevables aux moines de Cluny. Les corrections arbitraires se multiplient dans les copies du XVème siècle. Les traités que nous a conservés l’Agobardinus sont en sommes les seuls où l’on puisse se flatter de posséder un texte à peu près authentique.

Comme Tertullien s’est beaucoup contredit, un des premiers soins devait être de démêler la chronologie de ses œuvres, afin de suivre, autant que possible, l’évolution de sa pensée. Ce problème a été agité maintes fois depuis le XVIIème siècle, et aujourd’hui encore plusieurs l’estiment insoluble2. Nous sommes bien éloignés de ce pessimisme, et les travaux accomplis depuis un demi-siècle nous paraissent approcher d’une solution définitive3. La réédition des travaux d’Antoine-Eugène Genoud se situe donc dans ce nouveau contexte optimiste même si la traduction appelle parfois quelques réserves.

1 La tradition de l’Apologetium doit être examinée à part. Elle repose sur de nombreux manuscrits, notamment sur plusieurs Parisini dont le Parisinus 1623 du Xème siècle ; le Parisinus 1656 du XIIème et le Parisinus 2616 du XVème.

2 Braun (R), Approches de Tertullien. Vingt-six études sur l’auteur et sur l’œuvre (1955-1990), Paris, Institut d’Études Augustiniennes, 1992.

3 Citons, parmi les travaux les plus récents, les différentes traductions et éditions critiques faites dans le cadre de la collection « Sources Chrétiennes ».


IPRA

Institut du Pluralisme Religieux et de l’Athéisme.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *