Compte-rendu de lecture : « Les premiers bâtisseurs de l’Église. Correspondances épiscopales (IIe – IIIe siècle) »

9782213670850-001-x_0Informations sur l’ouvrage

Titre : Les premiers bâtisseurs de l’Église. Correspondances épiscopales (IIe – IIIe siècle)
Auteurs : Marie-Françoise Baslez
Édition : Fayard Histoire
Année de parution : 2016
Informations complémentaires : 303 pages

Compte-rendu de lecture

Par Mohamed Arbi Nsiri (Doctorant en histoire romaine de l’université de Paris X Nanterre/ associé de l’IPRA)


Marie-Françoise Baslez, professeur émérite à l’université de Paris Sorbonne, est l’auteur de plusieurs ouvrages et articles de référence sur l’histoire de l’Église primitive. On lui doit des études sur Saint Paul1, sur les persécutions antichrétiennes dans l’Antiquité2, sur la christianisation de l’Empire romain3, sans oublier ses recherches sur le monde grec, la Cappadoce et la Bible. Son dernier ouvrage, publié aux éditions Fayard, est une étude de patristique et d’histoire intitulée « Les premiers bâtisseurs de l’Église. Correspondances épiscopales (IIe – IIIe siècles) ». Ce travail, qui s’organise en huit chapitres, mérite une attention particulière car il permet de comprendre le rôle des évêques des premiers siècles dans la structuration d’un « christianisme éclaté et pluriel ».

Dans l’introduction (p. 7-20), l’auteur nous rappelle que les évêques du IIème et IIIème siècle étaient de grands épistoliers, ils écrivaient à leurs communautés des lettres informatives et réactives, surtout dans les moments de crise, et ils s’écrivaient beaucoup entre eux, créant ainsi les conditions de fonctionnement d’une Église synodale. Cyprien de Carthage est un exemple remarquable, de même que les évêques orientaux de langue grecque tel que Denys de Corinthe ou Ignace d’Antioche.

Dans le premier chapitre de son livre (p. 21-47), M.F. Baslez nous rappelle que l’historien est confronté à un réel problème quand il suit une approche fragmentaire. C’est pourquoi, il lui semble nécessaire de déconstruire les sources textuelles disponibles dans le but d’isoler les éléments d’historicité; porteurs d’informations événementielles, des éléments théologiques ou polémiques, afin de retrouver des personnages historiques bien ancrés dans leur réalité géographique, sociologique et politique.

Le deuxième chapitre (p. 49-75) étudie l’abondante correspondance des évêques des premiers temps du christianisme. L’auteur insiste à ce propos sur l’importance des liens qui se tissaient autour des évêques du Haut-Empire. Elle en conclut que l’élargissement du réseau épiscopal, héritier de la période apostolique, était dû au rôle spécifique joué par les correspondances échangées entre les différents prélats du monde romain.

Le troisième chapitre (p. 77-103) analyse l’organisation de la communauté chrétienne au niveau local. Dans cette partie du livre l’auteur s’attaque à la construction du Curriculum Vitae des clercs des trois premiers siècles. Pour réaliser cette étude interne, il a semblé à l’auteur qu’il fallait commencer par les temps apostoliques pour comprendre la naissance des positions respectives des différents membres de l’Église. Après une analyse profonde du contenu de la charge épiscopale, l’historienne remarque que, dès les temps subapostoliques, on vit apparaître dans l’Église des fonctions comme les presbytres et les diacres, puis d’autres fonctions tenues par des clercs de rang moindre comme les sous-diacres, acolytes et lecteurs. Ces « ordres mineurs » qui n’existaient pas dans les Églises des premiers temps constituèrent les étapes par lesquelles les clercs devaient normalement passer pour accéder aux ordres supérieurs. Ce réseau vertical fut entretenu par l’envoi de lettres disciplinaires qui faisaient de l’évêque la tête de cette organisation ecclésiale naissante.

Dans le quatrième chapitre du livre (p. 105-129), M.F. Baslez prend le concept du « charisme religieux » à ses origines apostoliques tout en questionnant son arrière-plan philosophique et sociologique. À partir de là, l’auteur esquisse quelques traits de distinction entre charisme individuel et charisme ministériel. Puis viennent les portraits de quelques figures prophético-charismatique comme celle de Montan ou Méliton de Sarde qui semblent avoir créé un courant prophétique durable dans le christianisme d’Asie mineure.

Le cinquième chapitre (p. 131-161) analyse les liens qui unissaient l’évêque à sa communauté puis tente de définir cette dialectique évêque-communauté en regardant de près quelle figure de l’évêque se dégageait au sein de cette communauté.

Le sixième chapitre (p. 163-188) nous permet de porter un regard précis sur le sommet de la hiérarchie ecclésiastique des trois premiers siècles. L’auteur rappelle à juste titre qu’au cours du IIIème siècle, l’Église s’était dotée d’un clergé nombreux et diversifié dirigé par l’évêque dont l’activité pastorale, l’autorité morale et le rôle sacramental lui assurait le rôle du maître de son clergé.

Le septième chapitre (p. 189-215) analyse la pastorale des évêques du monde romain des trois premiers siècles à travers la gestion des crises. Face aux hérésies, quelques évêques comme Irénée de Lyon, Cyprien de Carthage et Corneille de Rome s’illustrèrent par leur défense de la tradition. À y regarder de près, les lettres épiscopales de cette période visèrent des hommes plutôt que des doctrines. Le but des évêques, tel que le révèle leur correspondance, est caractérisé par un effort de persuasion auquel s’ajoute une politique de « corrigere et mollire ».

Le huitième et le dernier chapitre (p. 217-240) met l’accent sur l’importance de la pratique épistolaire chez les évêques des trois premiers siècles. Aussi pragmatiques soient-elles, les correspondances épistolaires dessinent une configuration plus au moins consensuelle chez l’Église de cette période.

Après une courte conclusion (p. 241-245), un précieux appendice (p. 247-256) et une riche bibliographie imprimée aux pages 257 et 299, on demeure fort étonné que l’auteur ne nous propose que deux cartes synthétiques au début et à la fin de l’ouvrage.

Au bilan, on ne peut que saluer l’ampleur et la rigueur de cette étude où les sources ont été systématiquement étudiées et réévaluées, ce qui fait de ce livre un instrument de travail indispensable pour la période du Haut-Empire romain.

1 Baslez (M-F), Saint Paul artisan d’un monde chrétien, Paris, Fayard, 2008.

2 Ibid., Les persécutions dans l’Antiquité. Victimes, héros, martyrs, Paris, Fayard, 2007.

3 Ibid., Comment notre monde est devenu chrétien, Paris, Édition du Seuil, 2011.


IPRA

Institut du Pluralisme Religieux et de l’Athéisme.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *