Compte-rendu de lecture : « La laïcité au quotidien. Guide pratique »

LaiciteAuQuotidienInformations sur l’ouvrage

Titre : La laïcité au quotidien. Guide pratique.
Auteurs : Régis Debray, Didier Leschi
Édition : Paris, Gallimard
Année de parution : 2016
Informations complémentaires : 160 pages, 110 x 170 mm, ISBN : 9782070469628

Compte-rendu de lecture

L’originalité de cet opus alliant théorie et pratique tient sans doute aux profils des deux auteurs qui se sont associés pour le rédiger. Régis Debray est un universitaire, notamment auteur du rapport sur l’enseignement du fait religieux dans l’école laïque en 2002 et président honoraire du conseil de direction de l’I. E. S. R.  Didier Leschi est un homme politique français, ayant exercé les fonctions de directeur du bureau des cultes au ministère de l’intérieur et de préfet. Ce petit ouvrage de cent cinquante-quatre pages prend la forme d’un guide qui aspire à proposer des solutions pour remédier aux problèmes quotidiens concernant la laïcité. Le constat de départ qui a conduit à la rédaction de cet ouvrage tire son origine des débats actuels sur la laïcité. Face aux oppositions qui divisent les tenants de la laïcité, de nombreux individus se trouvent démunis sur le plan juridique pour répondre aux problèmes pratiques et quotidiens qui ont trait à la laïcité. Les auteurs ont cherché à résoudre un certain nombre de questions sans donner l’impression d’aller à l’encontre de la liberté de conscience. Ils ont souhaité « substituer un “que faire” à un “qu’en penser” » (p. 9), cherchant à dépasser les débats théoriques clivants. Régis Debray et Didier Leschi proposent des solutions et des conseils pour trente-huit cas pratiques, classés sous la forme d’un abécédaire. Chaque situation est étudiée en présentant l’état de la question et en offrant une solution possible. Ce livre s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la laïcité, aux élus locaux, aux fonctionnaires ou simples citoyens souhaitant obtenir des réponses à leurs interrogations.

Loin de se limiter à la loi de 1905, tous les sujets de discorde sont abordés sans détour, même les plus sensibles : de A comme aumônerie à Z comme zèle, en passant par exemple par deux entrées qui concernent les vêtements (jupe longue, « foulard »). Les auteurs rappellent notamment que laïcité ne rime pas toujours avec mixité. Ils soutiennent qu’il n’y a aucune raison d’interdire d’accorder un horaire spécifique aux femmes à la piscine, à condition que ce temps soit ouvert à toutes les femmes (p. 122-123), recommandation qui va à l’encontre de l’Observatoire de la laïcité qui affirme que les lieux municipaux – comme les piscines ou les gymnases – doivent demeurer des espaces mixtes[1]. On compte notamment une entrée sur les caricatures (p. 38-40) et une autre intitulée injure et blasphème (p. 99-103). Quelques recommandations sont proposées :  préparer deux barbecues distincts lors des repas collectifs (p. 36-37), autoriser que la voix du muezzin retentisse exceptionnellement lors de l’Aïd (p. 53), organiser les funérailles nationales place de l’Étoile (p. 86) et non à Notre-Dame de Paris ou à Saint-Louis des Invalides, mettre en place un institut de théologie musulmane qui formerait les imams français[2] (p. 97), ou encore instaurer une tenue pour tous – blouses, uniformes – dans l’enseignement secondaire (p. 105), comme il est de règle dans certains établissements des Antilles françaises et de la Guyane. Régis Debray et Didier Leschi suggèrent de faire montre de civisme, en proposant notamment de ne pas nier le droit au blasphème tout en proposant de ne pas en faire un devoir, de façon à ne pas attiser inutilement les susceptibilités (p. 109). Le maître-mot de l’ouvrage est la recherche d’égalité de traitements entre les croyants des différentes religions de façon à trouver un modus vivendi Ainsi au lieu d’étendre le concordat qui a vigueur en Alsace et en Moselle, il est question de suggérer un financement des mosquées en préconisant les baux emphytéotiques (p. 77-78). Cette œuvre pratique remplit son objectif, en avançant des propositions, qui susciteront au moins des discussions, sinon des polémiques.

Citer ce billet: Ariane BODIN, "Compte-rendu de lecture : « La laïcité au quotidien. Guide pratique »," in Carnet de recherche de l'IPRA, 03/05/2016, http://ipra.hypotheses.org/313.

Crédit image : Un symbole de la laïcité (source : Wikipédia, Travail personnel de Spiridon Ion Cepleanu, licence CC BY-SA 4.0)


[1] Cf. Observatoire de la laïcité, « Laïcité et collectivité locale », 2015, p. 13 : « En raison du principe de non-discrimination, une municipalité ne peut octroyer un créneau horaire à un groupe de personnes mettant en avant leur souhait de se séparer des autres, du fait de leur pratique ou de leur conviction religieuse ». http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/contenu/piece-jointe/2015/10/charte_laicite_et_collectivites_locales-octobre2015-v3.pdf

[2]  Cet institut existe, il s’agit de l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (I. I. S. M. M.), créé en 1999. En ce qui concerne la formation des imams en France, cf. la carte qui recense les différentes formations d’imams en France. https://www.google.com/maps/d/embed?mid=1bdEuCCaKzJH5-A20ZEXkIGd8TP4


Ariane BODIN

Ariane Bodin est docteur en histoire romaine de l'université de Paris Ouest Nanterre, étudiant le christianisme ancien à l'époque tardo-antique.

More Posts - Website

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *